Un dimanche soir en parfaite disharmonie

Publié le: 26 novembre 2017 by Marie LAUNAY

Cinq minutes de petit bonheur par jour! Philosophie dictée par ma meilleure amie Naomi lorsque nous profitions de notre parenthèse londonienne!
On oublie souvent de prendre ces cinq minutes dans le rythme frénétique de nos journées et pourtant…

On a l’impression que tout fout le camp, qu’il faut nettoyer les grains de riz tombés par terre lors du dîner, ramasser le body qu’on a jeté en ratant le panier de linge sale, ranger les dizaines de livres étalés sur le sol afin de choisir l’histoire du soir… et on se pose…

Nos pieds nus s’entrelacent … dans ce souci de disharmonie parfaite les rayures des pyjamas des filles se mêlent à celles de la couette, et la chaleur qui en émane pourrait presque faire apparaître de la buée sur les fenêtres de notre chambre parentale ce dimanche soir de novembre…

Une impression de silence est parsemée par le ton grave de la voix de mon Julien racontant les histoires de P’tit loup qui n’aimait que les pâtes, cette histoire qui fait apparaître sur nos visages de parents un sourire esquivé qu’on ne doit pas leur monter car demain la guerre brocolis versus spaghettis reprendra de plus belle.

La sensation qu’ici, à ce moment précis, en effleurant la peau douce de mon bébé et respirant l’odeur suave des cheveux de ma grande, rien ne pourra nous arriver. Non rien ne peut nous arriver , on en oublie presque cette atteinte à notre bulle de tendresse lorsque ce petit garçon t’a crié dessus dans ce manège un peu plus tôt ma Maïa et à qui tu n’as pas su répliquer… Il y en aura d’autres, de plus vigoureux même, tant pis… cachons nous dans notre repère, je t’apprendrai à les affronter dès demain matin! A vous mes filles, mes forces, vous serez parfaitement imparfaites, tout comme ce dimanche soir gravé en moi, et je vous fais la promesse de vous apprendre à puiser au fond de vous les ressources pour affronter ce monde de demain…

Mais justement laissons cela à demain … retenons le temps et le monde loin de nous, vivons ce si bref instant qui un jour nous fera dire « comment avez-vous pu grandir si vite ?» – pourtant j’avais fait un pacte avec chacune d’entre vous à la maternité dans lequel vous me promettiez à jamais de rester si petites dans mes bras de jeune maman…

Quoi P’tit loup n’aime pas les tomates farcies non plus?! Mais il est fou!

Les voilà mes cinq minutes de bonheur du week-end … et elles vont résolument me faire vibrer jusqu’à notre prochain dimanche soir d’hiver …

A moi de vous lire ! N'hésitez pas à poster un commentaire (via facebook ou directement sur le blog)

No Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *